ENVIAR ONLINE

Envía documentos desde cualquier dispositivo y desde cualquier lugar con la misma validez legal.

Burofax

Enviar documentos de forma urgente y segura

Enviar Burofax Online

Carta

Envía una carta digital, ordinaria o certificada

Enviar Carta Digital

Tarjeta Postal

Enviar postales digitales a través de internet

Enviar Postal Digital

PREPARAR ENVIOS

Imprime tus etiquetas y paga tus envíos antes de ir a tu oficina de Correos

Paq Premium

Entrega en 24/48 horas, según origen destino

Preparar Paq Premium

Carta Certificada

Garantiza la recepción mediante firma

Prepara tu Carta certificada nacional

Notificaciones Administrativas

Servicio indicado para comunicaciones legales

Prepara las Notificaciones

PODEMOS AYUDARTE

Emisiones

Emisión

PERSONAJES.- Juan Valera

  • Fecha de emisión: 18/04/2005
  • Procedimiento de Impresión: Calcografía
  • Papel: Estucado engomado mate fosforescente
  • Tamaño del sello: 28,8 x 40,9 mm. (vertical)
  • Efectos en pliego: 50
  • Valor postal de los sellos: 2,21 €
  • Tirada: 1.000.000
  • Dentado: 13 3/4

Correos dédie un timbre à l’un des personnages les plus éclectiques que le XIX siècle a donné à la littérature espagnole. Il s’agit de l’écrivain, homme politique et diplomate originaire de Cordoue, Juan Valera (Cabra, 1824- Madrid, 1905), auteur dont nous commémorons cette année le centenaire de sa mort. Ce timbre, d’une valeur faciale de 2,21 €, reproduit un portrait de l’insigne écrivain exposé dans la Salle des Professeurs du lycée “Aguilar y Eslava”, situé dans sa localité natale. C’est une œuvre réalisée par le peintre Enrique Romero de Torres.

20420051

Juan Valera Alcalá Galiano naquit au sein d’une famille aristocratique. Il fit des études de philosophie au séminaire de Malaga et de droit à Grenade et à Madrid. En 1847, il initia son parcours de diplomate à Naples, ensuite à Lisbonne, puis à Rio de Janeiro, ville dont il décrira ses expériences dans son roman Genio y figura. Son périple diplomatique se poursuivit en Russie, après quoi il retourna en Espagne. En 1858, il fut élu député à l’Assemblée Nationale et en 1861 membre de l’académie de la langue espagnole. Nommé directeur général d’instruction publique en 1872, il dut quitter ce poste et rentra au corps diplomatique entre 1881 et 1883 où il fut affecté à Lisbonne, Washington, Bruxelles et finalement à Vienne. Depuis la sortie de son premier roman, Pepita Jiménez (1874), où l’auteur analyse le processus de séduction suivi par une jeune veuve pour épouser un séminariste, d’autres se succédèrent: Las ilusiones del doctor Faustino (1875), un docteur Faust « en petit » qui incarne avec fidélité le philosophe et artiste frustré et obsédé par les mystères de la vie et de la mort; El comendador Mendoza (1877), roman basé sur les relations adultères de doña Blanca avec don Fadrique; dans Doña Luz (1879), l’auteur veut prouver que ni les croyants ni les laïcs sont privés de l’amour humain. Bien que ces ouvrages parurent progressivement, tout en les alternant avec ses activités politiques et diplomatiques, ce fut à partir de 1895 que Valera donna un vrai élan à sa carrière littéraire. Facette où il fut très prolifique et d’où surgirent d’autres romans tels que: Juanita la Larga (1895), qui narre les vicissitudes d’une jeune femme voulant épouser un quinquagénaire; Genio y figura (1897), qui raconte les aventures galantes de Rafaela; et Morsamor (1899), qui relate les pérégrinations du religieux Zuheros à travers divers pays. Juan Valera, lié à la génération de 1868, approcha aussi la poésie, le théâtre, les contes, les recueils liturgiques, les essais et la critique littéraire.

Compártelo en tus redes