ENVIAR ONLINE

Envía documentos desde cualquier dispositivo y desde cualquier lugar con la misma validez legal.

Burofax

Enviar documentos de forma urgente y segura

Enviar Burofax Online

Carta

Envía una carta digital, ordinaria o certificada

Enviar Carta Digital

Tarjeta Postal

Enviar postales digitales a través de internet

Enviar Postal Digital

PREPARAR ENVIOS

Imprime tus etiquetas y paga tus envíos antes de ir a tu oficina de Correos

Paq Premium

Entrega en 24/48 horas, según origen destino

Preparar Paq Premium

Carta Certificada

Garantiza la recepción mediante firma

Prepara tu Carta certificada nacional

Notificaciones Administrativas

Servicio indicado para comunicaciones legales

Prepara las Notificaciones

PODEMOS AYUDARTE

Emisiones

Emisión

EFEMÉRIDES. Cantar de Mio Cid

  • Fecha de emisión: 09/05/2007
  • Procedimiento de Impresión: Offset
  • Papel: Autoadhesivo, fosforescente
  • Tamaño del sello: 40,9 x 28,8 mm. (horizontal)
  • Efectos en pliego: 20
  • Valor postal de los sellos: 0,30 €
  • Tirada: Ilimitada

Parmi les poèmes épiques racontant les gestes de héros et de chevaliers médiévaux on doit remarquer le Cantar de Mio Cid ou Cantar del Cid (Le poème du Cid), chef-d’œuvre de l’épique de Castille et ouvrage unique dans son genre de la littérature espagnole.

20520071

Au caractère anonyme, le Cantar de Mio Cid fut copié ou manuscrit par Per Abbat en 1207, d’après la note à la fin du poème. Néanmoins, le seul exemplaire qui a pu être conservé, aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale espagnole, date d’un siècle postérieur. La première page de l’ouvrage manque, de même que deux autres au milieu. Le poème, d’une grande richesse et sobriété, est composé de verses de longueur variable, avec une rime pauvre: «Il n’y a rien qui manque, aucun élément redondant, aucun adjectif inutile, aucun mot hors de propos», affirme un expert. Le Cantar de Mio Cid, le premier document écrit de la poésie épique espagnole ayant pu être conservé, est composé de trois parties. La première, de 1086 vers, raconte l’exil du Cid des terres de Castille par le roi Alphonse VI. Dans cette première chanson, Rodrigo Díaz de Vivar, le Cid, quitte son village d’origine, Vivar, et se dirige vers Burgos, sachant que tout hébergement lui serait refusé au long de son chemin. À San Pedro de Cárdeña, il fait ses adieux à son épouse et à ses filles avant de partir en campagne militaire avec ses troupes contre les Maures. Après sa victoire, il fait parvenir un cadeau au roi afin d’obtenir son pardon. Les 1190 vers qui composent la deuxième chanson sont consacrés aux noces des filles du Cid. Au début, le héros part conquérir la ville de Valence, après quoi il envoie de nouveaux cadeaux au roi, dont il obtiendra finalement le pardon. Le roi va lui permettre de rencontrer sa famille dans la ville de la rivière Turia. Les infants de Carrión demandent les filles du Cid en mariage et le roi donne son patronage aux fiançailles, qui sont célébrées pendant l’espace de quinze jours. La troisième chanson, composée de 1472 vers et de deux lacunes de cinquante vers, raconte l’affront de Corpes et la lâcheté des infants de Carrión lors de leur rencontre avec un lion qui flâne en liberté, ainsi que vis-à-vis la bataille contre le roi Búcar du Maroc. Tout honteux et humiliés, les infants décident d’en tirer vengeance en maltraitant les filles du Cid, Sol et Elvira, à la chênaie de Corpes. Après cette répudiation, le Cid demande justice devant le roi et un duel est battu entre les représentants du Cid, finalement victorieux, et les infants, qui tombent en déshonneur. Les noces ainsi annulées, la chanson conclut avec le remariage des filles du Cid avec les infants de Navarre et Aragon et les mots «Éstas son las hazañas del Cid Campeador / Y en llegando a este punto se acabo la canción» (Ces furent les exploits du Cid Campeador / Et jusqu’ici cette chanson). Le timbre reproduit les premiers vers du Cantar de Mio Cid sous la main d’un copiste.

Compártelo en tus redes